Qui suis-je?

Thème : Qui suis-je? Où suis-je? D’où viens-je?  Où vais-je? 

Un rêve a longtemps hanté mes nuits.

Le long d’une route de campagne, je me promène admirant le paysage bucolique sous un soleil de juin. Une brise printanière incite aux folies. Une plume de mésange danse sur un piquet. Je la libère. Elle hésite, franchit la clôture de bois et voltige gracieusement au-dessus de la prairie. Je la suis un instant.
Les pieds nus dans l’herbe humide de rosée, je commence à escalader la colline. Soudain, surgi de nulle part, un troupeau de vaches. J’ai toujours eu peur de ces énormes bêtes cornues. Je cours. Elles aussi. Elles vont me rattraper.. . Je me dévisse au niveau du nombril. Le haut de mon corps s’envole, traverse un petit bois au sommet de la colline. Je retrouve miraculeusement mes jambes. Je tourne à droite et marche sur une route, vers l’ouest.   Dans le lointain, des tambours au rythme lancinant.

Un jour, j’ai quitté la France pour le Québec. Et le rêve est revenu. Une fois.

Même colline, même herbe mouillée de rosée, même vaches. Mais les tambours, en sourdine, rythment  un chant amérindien. Quelque chose comme « Gargagona Oki… Gargagona » la dernière syllabe sur une note plus élevée.  Je me dévisse au niveau du nombril. Le haut de mon corps s’envole, traverse un petit bois au sommet de la colline.  «Gargagona Oki… Gargagona …»Je retrouve miraculeusement mes jambes. Je tourne à droite et marche sur une route, vers l’ouest. Le temps a dû passer sans que je m’en rende compte car le soleil descend lentement.

Le tambour, de plus en plus obsédant me guide vers un escarpement rocheux où m’attend un vieux chef indien coiffé d’un long panache coloré. De la falaise, il me montre du doigt, au loin, un village au bord du Saint-Laurent.
« Salut à toi. Omakohé! Te voila revenue chez toi, à Odanak, près de la Rivière-qui-marche.
Il y a des lunes et des lunes, le fils de ton ancêtre a été enlevé par les hommes blancs. Ils voulaient le montrer à leur Roi-Soleil. Ils avaient promis de le ramener. Mais Plume d’Aigle n’est jamais revenu. Il a fait souche dans ce pays maudit.
Lors d’une cérémonie, il y a bien de lunes aussi, le chaman a vu dans les osselets de caribou que la descendante de Plume d’Aigle rentrerait chez son peuple quand le temps serait venu. Et te voici. Regarde tous les tiens qui dansent et chantent au son du tambour. C’est une incantation au Grand esprit Gagagonia Okki, pour ton retour, Omakohé! »

La petite plume de mésange virevolte un moment devant mes yeux et se pique dans mes cheveux.

une-plume-au-vent

 Lire le récit authentique d’un indien Abénaqui de Odanak : Alexis : la leçon de courage (Miroir sans tain, p.39) Les dates et les noms sont fictifs. L’histoire est vraie. Elle m’a inspiré ce texte, écrit dans un atelier d’écriture. Mon livre est maintenant au musée d’Odanak

Leave a Response