Main dans la main

Max-et-Ginette-1999

1978…

 

si bien dans ma peau
quarante-huit ans à peine
inconscience
un sein laminé
un technicien qui s’en fout
mammographie
journée ensoleillée
un diagnostic… cancer
éclipse
salle d’opération
les outils chromés brillent
délestage
peau soulevée
tunnel pour microscope
ganglions en moins
réaliser
l’absence permanente
— impossible
mauvais dossier
erreur possible    confusion
douter
sur ma peau
demi-croix de votation
pour   la vie
bilan de vie
bien trop jeune pour mourir
refus   radical
il n’en reste qu’un
à aimer deux fois plus
— me dit-il
paraître belle
avec   ou sans mamelon
sein   en plastique
mappemonde—
lourds  légers    pointus  ou ronds
vingt-cinq   modèles
cueillir des pommes
par   une journée d’automne
– un an déjà
aucune fatigue
pas   de douleurs encore
douter….   et si….
dans la vitrine
cette   robe très sexy
pour   d’autres
tant de choses à faire
prier d’en avoir le temps
après…   d’accord
cinquante-trois ans
cinq   années sans rechute
oser   espérer
peur   espoir     prières
contrôle   contrôle     contrôle
plus rien
soixante bougies
dans un coin de mon esprit
en   doute encore
tôt ou tard
accepter   er oublier?
Non…   survivre
soixante-dix-neuf ans
hébertisme   aérien
comme une   jeune

 

…2013

 

repassage
le col de sa chemise
sent si bon
dans le bleu du ciel
les feuilles cuivrées du chêne
– le temps s’arrête
Il se fâche
marche arrière immédiate
– orage évité
jour après jour
ses pensées se mélangent
fin de l’automne
vers l’horizon
deux rails parallèles-
mon époux et moi
désespérance …
pour finir au plus vite
refuser de manger
à l’hôpital
essayer de le sauver…
pour combien de temps?
morceau par morceau
lui faire manger une poire
il sourit
cœur contre cœur
dans sa descente aux enfers
…si seul
fantasmer…
prendre son mal de vivre
sur mes épaules
sortir très tôt
pour le voir juste une heure
neige et verglas
craintivement
l’amener à l’Opéra
le soleil brille
lui tenir la main
plus rien ne l’intéresse
il s’éloigne
faire fi des conseils
le garder à la maison
avec son chat
dans son cerveau
la chimie se mélange
explosions      brouillard
quatre vingt deux ans
continuer notre chemin
main dans la main
de toutes mes forces
refuser de le placer
si tôt
loin devant moi
résonnent les clochettes
de sa folie
cette maladie
l’a-t-il vraiment méritée?
point d’orgue
danger
pour calmer son désaccord
une pilule
lentement
perdre toute autonomie
en douce
au cœur de l’hiver
il retrouve ses lunettes
et ses esprits
journée de soleil
idéal pour travailler-
et si c’était vrai?
soudain
l’orage dans son cerveau-
nuit d’encre
il veut    partir
troisième tentative manquée
In extremis
dangereux pour lui
dangereux pour moi
il retourne à l’hôpital
tout est ravagé
son esprit comme mon cœur
séparation
une punition?
non! un chemin à suivre–
sacré distinguo
sur un radeau
au milieu de l’océan
moi
prison effroyable
son cerveau
incurable
retour à l’hôpital
nouveau suicide manqué
tout s’écroule
Retour à la vie
mon compagnon de toujours
mon enfant
demander
l’arrêt de l’acharnement
—– mon cœur en charpie
dans  mes bras
tête contre tête

il prend son envol

dans ton cercueil
les traits enfin reposés
je t’aime, tu sais
seule, je marche
_ invisible mais présente…
ma main dans sa main

 

Max-et-Ginette-1999-grey

ligne-grise

 

Leave a Response