Sur cinq notes

Thème : La mémoire des sens

          Il neige. De gros flocons-papillons, qui batifolent dans les arbres. Le ciel lutine les sapins. Le chalet du voisin, en rondins dorés, se coiffe de blancheur. Une fume monte, droite, évanescente.

Dans la cheminée, l’érable pétille et brûle. L’air embaume.  Ce soir, je vais oublier fatigue et soucis. Calée dans mon fauteuil favori, les pieds sur un pouf, je vais lire  « Une année en Provence » de Peter Mayle. Je suis née sur la Côte d’Azur. Provence, je reviens!

Soudain, le mot Pèbre d’ail*. Tout disparaît: la cheminée, le bois artificier, la neige magicienne…

 Je suis dans la salle à manger du mas paternel.  Par les fenêtres ouvertes, je vois les feuilles du micocoulier frémir au vent.  Une grande table habillée de toile cirée à carreaux rouges et blancs. Toute la famille fête Pâques.  Les rires se mêlent à l’accent chantant et à la voix des cigales.

Ma mère apporte le gigot d’agneau assaisonné au pèbre d’ail, entouré de petits pois du jardin et de pommes de terre nouvelles. Chacun s’exclame, goûte et félicite la cuisinière: la viande fond dans la bouche.

Un craquement du feu me ramène dans mon fauteuil. Mais…

Devant mes yeux, les images colorées de ce jour d’avril…

Dans mes oreilles, les rires et les cigales…

Dans ma bouche, ma salive au goût de pèbre d’ail…

Dans mes mains, le poids du plat de gigot que je passe à ma sœur…

Dans mon nez, l’odeur de pépredail et de pain frais….

Mémoire, mémoire, musicienne de mes cinq sens
pebre-d-ail

(pèbre d’ail : plante sauvage à la saveur de thym-romarin-oregano)

 

 

 

 

 

Comments are closed.