L’équipement

AlambicEn l’esprit des juges, il ne faut pas trop croire.
C’est ce que va tenter de montrer cette histoire.
Un homme passait d’aventure,
Devant un magasin d’Antiquités.
Or, là, bien en vue dans la devanture,
Trônaient des objets longtemps convoités.
Pour orner le sous-sol de sa maison,
Il cherchait depuis déjà deux mois,
Quelque chose qui donne le frisson,
Qu’on envie, qui nous laisse pantois.
Et devant lui se trouvait, oh bonheur!
L’équipement complet d’un bouilleur.
Aussitôt il va demander
Qu’on vienne le lui livrer.
Jamais vous n’avez vu
Achat plus vite conclu!
Tout énervé tout excité
Il invite la parenté
Tous les amis tous les voisins
Pour déguster fromages et vins.
L’équipement bien installé,
Par tout le monde est détaillé
Chacun en fait fort compliment,
Vous vous en doutez sûrement.
Mais vous savez que les gens heureux
Font souvent bien des envieux.
Parfois, une simple dénonciation
Peut vous envoyer en prison.
Notre radieux propriétaire
Aurait mieux fait de se taire.
Le voici donc devant un tribunal
Très grand, très froid, très banal.
Le juge, lunettes sur le bout du nez,
Lui dit, sévère: « Monsieur, approchez.
On me dit que vous êtes soupçonné
De fabriquer de l’alcool frelaté,
D’avoir monté un réseau, un vrai trafic.
Chez vous, vous avez même un alambic. »
Ébahi, complètement interloqué,
Notre homme raconte l’antiquité.
« Je crois que vous êtes un fieffé menteur!
À dix ans de prison vous êtes condamné. »
« Je vous prie de m’excuser, Votre Honneur.
Vous ne m’accusez pas d’avoir violé? »
« Quoi, vous avez également commis un viol?
« Non. Mais j’ai aussi l’équipement. Parole! »

(À la manière de La Fontaine)

Ligne-fantaisie

Comments are closed.