La chute de l’enfant

drugsIl était très beau. Il avait dix ans.
La fraîcheur de l’enfance dans les yeux.
Mais l’ennui le rongeait au-dedans.
Il se sentait seul, n’était pas heureux.
Son père et sa mère travaillaient le jour.
Après l’école, que pouvait-il donc faire?
Se promener au parc? Jouer dans la cour?
Le métro avait tout pour lui plaire.
Il y fait chaud quand l’hiver est cruel.
Avec un billet, jusqu’à la soirée,
On peut voyager à l’abri du gel.
C’est, je crois, la troisième journée,
Qu’un garçon de seize ans lui a souri.
Il l’a suivi, innocent, heureux.
Dès le lendemain, son nouvel ami
L’a fait entrer dans son groupe de « vieux ».
Bien sûr, il y a eu l’Initiation:
Il a fumé la première cigarette,
Celle qui fait un homme d’un petit garçon,
Élevé seul, un peu à la sauvette.
Depuis deux années se sont écoulées.
Le hasch, la colle, les amours défendues
Lui ont donné ces allures blasées
D’animal blessé, qui dort dans les rues.non aux drogues
Qu’avons-nous fait du jeune inoccupé?
Qu’est devenu l’enfant mal-aimé?
Que lui a donné notre sociétéIl n’avait que dix ans. Il est tombé.

Comments are closed.